Etre (devenir) soi, voilà la seule chose qui devrait nous motiver ! La conscience est la clé du Bonheur, de la Bonne Santé.

Renforcer sa joie de vivre grâce à une plus grande connexion à l'Univers, se connaître sur tous les plans, apprendre à s'aimer au-delà de notre histoire humaine, méditer, vivre, aimer... C'est tout cela que je peux vous aider à trouver grâce à mes compétences d'énergeticienne pendant des soins qui vous envisagent dans votre globalité ou durant les ateliers d'interiorité ! Cliquez sur les images ci-dessous pour en savoir plus...

 

 

soins energetiques

ateliers d'interiorite

 

Vous trouverez ci-contre les noms des 6 personnes aux compétences complémentaires qui ont décidé de s'unir et de vous proposer un lieu à Bassillac (quelques mn de Périgueux) dédié à votre mieux être.

 

J'en connais personnellement deux :

 

Nathalie Tortia qui m'a fait découvrir la sophrologie en une séance dont je me souviendrai, je crois, toute ma vie, tellement elle m'a amené d'éléments nouveaux dans mon évolution ! (son site ici) et

 

Axel Brachet, psychopraticien dont vous avez  entendu parler sur ce site (dans un article écrit ensemble sur sa pratique, que vous retrouverez ici) :

 

Axel vous propose deux nouveaux cabinets, un nouveau site internet (http://psycho-therapie.wix.com/perigueux) et très prochainement des cercles de pardon (et là dans mon coeur ça fait "yes yes yes", parce que je participerai forcément à un de ses cercles). Toutes les infos sur son site internet, et nhésitez pas à vous rendre à leur journée portes ouvertes (https://www.facebook.com/events/882603961826436/) pour les rencontrer tous !

Humeur  du moment :

Connaissez-vous cette phrase qui dit (à peu près) « médite une heure par jour et, si tu n’as pas le temps parce que ta vie t’emporte…. Assieds toi et médite deux heures par jour ».

Parfois on se laisse emporter par notre vie. Le quotidien à gérer, les soucis d’argent, de santé, les relations compliquées ; et sans qu’on s’en rende compte, parce qu’au début on a bien pensé tout maîtriser, on se réveille un matin avec un malaise sourd dans le cœur.

On réfléchit et rien n’est vraiment différent de trois jours avant. Les problèmes sont les mêmes ou même parfois ont été réglés et pourtant notre joie semble avoir disparu…

C’est qu’en réalité nous avons perdu l’essentiel. Nous nous sommes perdu, nous. Notre mental a repris le contrôle et nous montre le monde à travers ses petits yeux restreints faits de nos peurs et nos émotions.

Quand on en est là… On s’assoit !

On médite si on est un méditant, on taï chi chuan, on gi kong, on regarde les fleurs… On fait ce qu’on veut qui nous ramènera à nous même.

Là. Dans cet espace de sécurité parfaite, de vérité absolue, cet espace d’où le monde et nos vies ont des couleurs si différentes, si brillantes.

Et on recommencera demain, et après-demain et le jour d’après… La régularité de la pratique est primordiale. Parfois on l’oublie, alors, sans se juger, on y retourne.

Et comme nous le dit Nicolas Boileau

Hâtez-vous lentement, et, sans perdre courage,
Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage :
Polissez-le sans cesse et le repolissez ;
Ajoutez quelquefois, et souvent effacez. [...]

Et je rajouterai… Et puis recommencez…